Benoît St-Aubin a commencé à faire pousser de l'ail pour répondre à une demande de sa conjointe qui n'était pas satisfaite de la qualité de l'ail, principalement chinois, qu'elle trouvait dans les épiceries. 

 

Avec un départ modeste de 500 plants, la passion pour l'ail a aussi poussé!

Un retour sur les bancs d'école en formation permanente au Cegep de Victoriaville en agriculture biologique auprès de Denis Lafrance a permis à Benoît St-Aubin de mieux comprendre la façon dont le sol et la plante travaillent. 

L'étape de la certification biologique auprès de Ecocert Canada ayant été atteinte en 2015, le nouveau défi que s'est fixé l'ailliculteur est d'approvisionner sa région en ail de qualité, de faire connaître différentes variétés d'ail au consommateur.